23 juin 2017

Macron a des dents trop blanches pour être vraies

- Eh Dédé ! T'as vu le nouveau gouvernement à la télé ?
- Non, pourquoi ?
- Eh ben, y a beaucoup de nanas.
- Et alors, ça te gène ?
- Non. Bien au contraire. Pourvu qu'elles aient quelque chose dans le citron.
- T'en doutes ?
- Pas forcement, mais il faudrait arrêter de mettre des gonzesses, des basanés, des homos, un peu partout pour faire bien. Ils appellent ça la discrimination positive. Je sais pas trop c'que ça veut dire, mais je crois qu'ils nous enfument avec leur mots à la noix. J'm'en fous des homos et des basanés. C'que j'leur demande, c'est qu'ils s'y connaissent dans leur boulot.
- Tu pourras pas r'faire le monde, tu sais.
- Je sais.
- Tiens, v'la la p'tite brune qui vient nous apporter le goûter. Elle est mignonne, avec ses cheveux longs. Tu trouves pas, Dédé ?
- Oui, j'la trouve bien mignonne aussi. Ça nous change des mémés qui sont là.
- Sauf que nous aussi, on est des pépés.
- C'est vrai, mais rien n'empêche de regarder c'qu'est beau.
- Messieurs. Que désirez-vous ? Un p'tit café, un jus de fruit ?
- Eh ben, pour moi ça s'ra un jus de fruit et une madeleine.
- Et vous, monsieur Poupin ?
- Un jus de fruit aussi, mais sans rien.
-  Vous n'avez pas faim ?
- Si, si, mais de voir que le gouvernement à mis plein de nanas et bien citronnées , pour nous faire avaler la pilule sur nos retraites. Ça m'fout le moral, à zéro.
- Vous croyez qu'il serait assez pervers pour permettre ça ?
- Oh, avec lui et sa mine de jeune premier, on peut s'attendre à tout. En plus, vous avez pas vu ses dents ?
- Qu'est-ce qu'elles ont ses dents, monsieur Poupin ?
- Eh ben, elles sont trop blanches pour être vraies. et si il ment sur ses dents, il peut mentir sur autre chose.
- Vous ne trouvez pas que vous y allez un peu fort ?
- Non!
- Bon, j'vous laisse, messieurs. J'ai d'autres personnes à m'occuper. A bientôt.
- Au-revoir Miss. Revenez quand vous voulez. Ça nous fait toujours plaisir de vous voir. Vous êtes notre rayon de soleil. Pas vrai, Dédé ?
- Ouais ! Pas faux.
- Au fait, de quoi on causait avant qu'elle arrive ?
- Du gouvernement, des nanas, des homos et tout le tintouin.
- Ah oui! Pour une fois, qu'on a pas dit de mal de nos voisins de table et puis le temps est passé plus vite. Encore une journée de moins qu'on passera dans cette foutue maison. Ça vaut pas chez soi.
- Bon j'te laisse, je m'en vais regarder  "Question pour un champion". A plus, mon Frédo !
- A plus, mon Dédé !

22 juin 2017

La jeune femme aux cheveux d'ébène

Il lisait à la terrasse d'un café, quand tout à coup son regard, se porta sur une inconnue au corps gracile et aux cheveux d'ébène. Elle passa près de lui et le regarda d'un œil furtif. Sa silhouette disparue, seul un parfum, trahit sa présence à l'instant.

Son esprit ne pouvait pas se détacher de cette jeune femme. Il en était comme obnubilé. Il n'arrêtait pas de penser à elle. Pourtant, comment la retrouver ? Il ne connaissait rien d'elle, ni son nom, ni son adresse, ni ce qu'elle faisait dans la vie. Il n'avait aucun moyen de la contacter.

Que faisait-elle ? Femme d'affaire ? Femme au foyer ? Etudiante ? Non elle paraissait plus âgée pour étudier... encore que. Elle devait avoir la trentaine. Était-elle célibataire ? Mariée ? Les questions affluaient mais ne trouvaient, réponse.

Il demanda un autre café, comme pour se distraire de l'omniprésence que prenait cette jeune femme en lui. Les passants, passaient, mais il n'y prêtait aucune attention. Il ne lui restait que le parfum de l'inconnue aux cheveux d'ébène. C'est par cette expression qu'il désignerait désormais celle-ci.

Son café avait le goût amer, d'une interrogation, non résolue.

L'air était lourd. L'été battait son plein. On peut même dire, qu'on frôlait la canicule et pourtant il ne sentait pas l'aiguillon du soleil. Non, il ne cessait de spéculer sur ce qu'était cette femme qu'il avait juste, entrevue au détour d'une rue.

Finalement, après avoir payé ses consommations, il se leva en se demandant si ce qu'il avait vu, n'était pas tout simplement un mirage. Ah non ! il restait le parfum. Ce parfum qui taquinait encore ses narines et qui témoignait bien de la réalité de cette furtive rencontre.

21 juin 2017

Qué calor !



Tête baissée 
sous cette chaleur 
les rosiers 

19 juin 2017

Les français préfèrent les bronzés

Hier soir, les français ont préféré "Les bronzés 3" à la politique.

En effet, ils étaient plus de 4.246.000 téléspectateurs à regarder la comédie de Patrice Leconte , sur TF1, avec une part de marché de plus de 20%.*

France 2 quant à elle,  avait misé sur une soirée entièrement consacrée à la politique.
Elle n'a réussi qu' à réunir 2.689.000 téléspectateurs et une part de marché de 15% environ.

Nos hommes et femmes politiques sont souvent considérés comme des clowns,  nos concitoyens ont préféré l'original à la copie.
Avec l'abstention record,  Il faudra que nos politiciens en tirent les conséquences, s'ils ne sont pas encore trop aveuglés pour le faire.

*  (Source: Télé 7 jours)

18 juin 2017

Le chant de l'hiver


Le tic-tac de l'horloge
se mêle au chant de l'hiver
sous la neige
des arbres nus ont froid
qui viendra les réchauffer ?