30/06/2017

Ombres hésitantes




(Kawase Hasui 1883-1957- détails- Cerisier sous la lune)

Un cerisier
sous la lune
ombres hésitantes

28/06/2017

Dieu, reviens ! Nous sommes devenus fous !

Après le mariage pour tous, dans quelques mois, nous aurons droit (enfin les couples de femmes et celles qui sont célibataires) à la PMA, entendez, la procréation médicalement assistée.

Cette technique, consiste à injecter de petits spermatozoïdes d'un mâle normalement constitué dans l'utérus d'un membre de le gente féminine (eh oui, ça ne fait pas très romantique, tout ça). Jusqu'à alors réservée aux couple hétérosexuels stériles, elle sera bientôt disponible aux couples de lesbiennes ou aux célibataires en mal d'enfant. 

Comprenez-moi bien. Je n'ai rien contre l'homosexualité, (ayant moi-même des amis gays), mais je trouve que dans ces revendications, quelle est la place de l'enfant dans tout cela ? On nous serine depuis mai 68, de droit à, mais que sont devenus les devoirs, qui vont avec ? Le droit à l'enfant, l'emporte sur le droit de l'enfant.

Et après, au nom de l'égalité, les homosexuels hommes, réclameront la GPA, entendez la gestation pour autrui. La location d'un ventre ou la vente d'un enfant, seront tout à fait légaux. On pourra choisir son futur bébé, sur catalogue, comme n'importe quel objet de consommation. Toujours au nom du droit à.  Pour terminer, l'homme ne supportant plus sa finitude, voudra devenir immortel et pour ce faire, remplacera ses membres défectueux, par des pièces métalliques, faisant de lui un cyborg.  Ça a déjà un nom, ça s'appelle le transhumanisme.

Alors, les paroles de la Genèse, me reviennent à l'esprit, quand le serpent tente nos premiers parents dans le jardin d'Eden. Il leur dit ces mots: "Non, vous ne mourrez pas, mais vous serez comme des dieux" (Gn 3, 5). Nous y voilà ! Un monde sans transcendance et sans limite, laisse place très vite à la barbarie et à l'inhumanité.

27/06/2017

Citation du jour

"L'avenir c'est du passé en préparation" (Pierre Dac- 1893-1957)

Allez, encore une, pour le plaisir. Je ne me lasse pas de Pierre Dac:

"Les bon crus, font les bonnes cuites".

25/06/2017

Clip du dimanche

En ce dimanche, je vous propose d'écouter un morceau d'un compositeur que je viens de découvrir. Il s'agit de Josquin Desprez (1450-1521)

Ce morceau s'intitule tout simplement : "Chansons".
Je vous laisse en sa compagnie et vous souhaite un bon dimanche.







23/06/2017

Macron a des dents trop blanches pour être vraies

- Eh Dédé ! T'as vu le nouveau gouvernement à la télé ?
- Non, pourquoi ?
- Eh ben, y a beaucoup de nanas.
- Et alors, ça te gène ?
- Non. Bien au contraire. Pourvu qu'elles aient quelque chose dans le citron.
- T'en doutes ?
- Pas forcement, mais il faudrait arrêter de mettre des gonzesses, des basanés, des homos, un peu partout pour faire bien. Ils appellent ça la discrimination positive. Je sais pas trop c'que ça veut dire, mais je crois qu'ils nous enfument avec leur mots à la noix. J'm'en fous des homos et des basanés. C'que j'leur demande, c'est qu'ils s'y connaissent dans leur boulot.
- Tu pourras pas r'faire le monde, tu sais.
- Je sais.
- Tiens, v'la la p'tite brune qui vient nous apporter le goûter. Elle est mignonne, avec ses cheveux longs. Tu trouves pas, Dédé ?
- Oui, j'la trouve bien mignonne aussi. Ça nous change des mémés qui sont là.
- Sauf que nous aussi, on est des pépés.
- C'est vrai, mais rien n'empêche de regarder c'qu'est beau.
- Messieurs. Que désirez-vous ? Un p'tit café, un jus de fruit ?
- Eh ben, pour moi ça s'ra un jus de fruit et une madeleine.
- Et vous, monsieur Poupin ?
- Un jus de fruit aussi, mais sans rien.
-  Vous n'avez pas faim ?
- Si, si, mais de voir que le gouvernement à mis plein de nanas et bien citronnées , pour nous faire avaler la pilule sur nos retraites. Ça m'fout le moral, à zéro.
- Vous croyez qu'il serait assez pervers pour permettre ça ?
- Oh, avec lui et sa mine de jeune premier, on peut s'attendre à tout. En plus, vous avez pas vu ses dents ?
- Qu'est-ce qu'elles ont ses dents, monsieur Poupin ?
- Eh ben, elles sont trop blanches pour être vraies. et si il ment sur ses dents, il peut mentir sur autre chose.
- Vous ne trouvez pas que vous y allez un peu fort ?
- Non!
- Bon, j'vous laisse, messieurs. J'ai d'autres personnes à m'occuper. A bientôt.
- Au-revoir Miss. Revenez quand vous voulez. Ça nous fait toujours plaisir de vous voir. Vous êtes notre rayon de soleil. Pas vrai, Dédé ?
- Ouais ! Pas faux.
- Au fait, de quoi on causait avant qu'elle arrive ?
- Du gouvernement, des nanas, des homos et tout le tintouin.
- Ah oui! Pour une fois, qu'on a pas dit de mal de nos voisins de table et puis le temps est passé plus vite. Encore une journée de moins qu'on passera dans cette foutue maison. Ça vaut pas chez soi.
- Bon j'te laisse, je m'en vais regarder  "Question pour un champion". A plus, mon Frédo !
- A plus, mon Dédé !

22/06/2017

La jeune femme aux cheveux d'ébène

Il lisait à la terrasse d'un café, quand tout à coup son regard, se porta sur une inconnue au corps gracile et aux cheveux d'ébène. Elle passa près de lui et le regarda d'un œil furtif. Sa silhouette disparue, seul un parfum, trahit sa présence à l'instant.

Son esprit ne pouvait pas se détacher de cette jeune femme. Il en était comme obnubilé. Il n'arrêtait pas de penser à elle. Pourtant, comment la retrouver ? Il ne connaissait rien d'elle, ni son nom, ni son adresse, ni ce qu'elle faisait dans la vie. Il n'avait aucun moyen de la contacter.

Que faisait-elle ? Femme d'affaire ? Femme au foyer ? Etudiante ? Non elle paraissait plus âgée pour étudier... encore que. Elle devait avoir la trentaine. Était-elle célibataire ? Mariée ? Les questions affluaient mais ne trouvaient, réponse.

Il demanda un autre café, comme pour se distraire de l'omniprésence que prenait cette jeune femme en lui. Les passants, passaient, mais il n'y prêtait aucune attention. Il ne lui restait que le parfum de l'inconnue aux cheveux d'ébène. C'est par cette expression qu'il désignerait désormais celle-ci.

Son café avait le goût amer, d'une interrogation, non résolue.

L'air était lourd. L'été battait son plein. On peut même dire, qu'on frôlait la canicule et pourtant il ne sentait pas l'aiguillon du soleil. Non, il ne cessait de spéculer sur ce qu'était cette femme qu'il avait juste, entrevue au détour d'une rue.

Finalement, après avoir payé ses consommations, il se leva en se demandant si ce qu'il avait vu, n'était pas tout simplement un mirage. Ah non ! il restait le parfum. Ce parfum qui taquinait encore ses narines et qui témoignait bien de la réalité de cette furtive rencontre.

21/06/2017

Qué calor !



Tête baissée 
sous cette chaleur 
les rosiers 

19/06/2017

Les français préfèrent les bronzés

Hier soir, les français ont préféré "Les bronzés 3" à la politique.

En effet, ils étaient plus de 4.246.000 téléspectateurs à regarder la comédie de Patrice Leconte , sur TF1, avec une part de marché de plus de 20%.*

France 2 quant à elle,  avait misé sur une soirée entièrement consacrée à la politique.
Elle n'a réussi qu' à réunir 2.689.000 téléspectateurs et une part de marché de 15% environ.

Nos hommes et femmes politiques sont souvent considérés comme des clowns,  nos concitoyens ont préféré l'original à la copie.
Avec l'abstention record,  Il faudra que nos politiciens en tirent les conséquences, s'ils ne sont pas encore trop aveuglés pour le faire.

*  (Source: Télé 7 jours)

18/06/2017

Le chant de l'hiver


Le tic-tac de l'horloge
se mêle au chant de l'hiver
sous la neige
des arbres nus ont froid
qui viendra les réchauffer ?

16/06/2017

Un dimanche d'élection bien ordinaire


Dimanche, la météo annonce une journée ensoleillée. Les électeurs iront-ils à la pêche, comme au premier tour ou célébrer la paternité ? Il se pourrait, vu le peu d'enthousiasme que suscitent ces élections.

Dans ma circonscription, ils ne sont plus que deux. La députée sortante, secrétaire d'Etat sous l'ancien gouvernement a été "dégagée", comme une malpropre. Elle est pourtant du coin et connaît bien le terrain. De plus, elle est très engagée dans le domaine associatif. Eh bien, rien n'y a fait. Elle a été renvoyée dans ses pénates.

Nuit Blanche


(Femme nue endormie- Charles Kvapil
1911-1957)
Il est 5h du matin. Impossible de dormir... La nuit n'est pas si noire qu'elle pourrait l'être.
La lune éclaire le ciel.
Je te regarde dormir, nue à mes côtés. Ta respiration est haletante, mais pas bruyante.
Je t'envie, mais en même temps, je me considère comme chanceux de pouvoir poser mon regard sur toi.
Tu es si belle dans ton sommeil, que si j'étais peintre, je t'immortaliserais sur un tableau.
Pour l'heure, je suis là, en silence, de peur de te réveiller et casser ainsi ce moment de pur bonheur.
J'en ai oublié le sommeil et c'est tant mieux. La vue de ton corps endormi, me ravit. Je n'ai besoin de rien d'autre.
Cet instant, je voudrais qu'il dure une éternité. Mais je dois me rendre à l'évidence. Tout à l'heure, tu te réveilleras et le cours des choses, reprendra ses droits. C'est ainsi. Encore un moment à te contempler. Je suis si heureux. Je me fiche de ce qui arrivera plus tard. Je vis l'instant présent et c'est si bon.

15/06/2017

Haïku ou tercet ?


Certains de mes lecteurs, m'ont fait remarquer, que les haïkus que je compose, n'en sont pas vraiment. Ils ont raison. Un haïku, pour mériter ce nom, dans la plus pure tradition japonaise, doit comporter dix-sept syllabes (cinq, sept, cinq) avec un mot de saison (printemps, été, automne, hiver).  Les miens, n'en comportent pas autant. On pourrait, les nommer tercets. Ce qui serait plus juste.
Seulement, des haïkistes modernes, qu'ils soient japonais ou plus encore, occidentaux, écrivent des haïkus, que l'on pourrait dire libres*. C'est dans cette optique, que j'écris les miens. 
Alors, je veux bien pour plaire aux puristes, les appeler, tercets.
Voilà, c'était une petite mise au point.

*Le haïku moderne respecte moins les règles (en fond et forme) que le haïku classique.

Il est souvent :
- Moins impersonnel.
- Avec un comptage plus libre des syllabes, on se contente d'une alternance court, long, court.
- Sujet plus commun.
- Absence de référence saisonnière.
Il ne faut cependant pas en faire un poème minimaliste. (Source)

14/06/2017

Une rose effeuillée





Une rose effeuillée
s'envole au vent d'été

un regard 
vers le ciel
elle n'est déjà plus là

13/06/2017

12/06/2017

Pour un conservatisme à la française ( IIe partie)

...Pendant un demi-siècle, le conservatisme va disparaître de la scène politique. La "droite" abandonne la nation et le combat pour les valeurs pour se cantonner à la gestion purement économique. La gauche, abandonne quant à elle, les classes dites populaires  au profit d'une défense des droits individuels et des minorités sur les conseils de son think thank "Terra Nova". L'une et l'autre s'étant ralliées au libéralisme économique, laissent à d'autres formes politiques et la défense de la nation et du combat des valeurs, mais aussi celui du social, comme le Front National, par exemple. Néanmoins, quelques intellectuels feront tout pour que la flamme ne s'éteigne pas. Qu'on pense à un Bertrand de Jouvenel (1903-1987), Raymond Aron (1905-1983) et Julien Freund (1921-1993).

Aujourd'hui des personnalités aussi diverses qu'un Alain Finkielkraut, Eric Zemmour ou encore une Natacha Polony, peuvent être considérées comme néo-conservatrices. Malgré cela, ça ne se traduit pas dans le domaine politique. En tout cas, pas encore. Notre droite, la plus bête du monde se voulant toujours plus moderne court après le train du progressisme, ignorant que son électorat et le peuple dans son ensemble est toujours, lui, conservateur, d'où le décalage profond entre " la France d'en haut" et celle "d'en bas".

Enfin libre !

Voici le coup de gueule d'Henri Guaino, sur BFMTV, concernant sa défaite dès le premier tour des législatives.Tout le monde en prend pour son grade: les bobos, mais surtout la bonne bourgeoisie catho qui va à la messe, envoie ses enfants au catéchisme et n'hésite pas néanmoins à voter pour le candidat "En Marche". C'est dommage qu'il jette l'éponge, car il aurait pu être le fer de lance avec d'autres, pour la reconstruction d'une vraie droite, la droite 'hors les murs", que beaucoup , appellent de leurs vœux.



11/06/2017

Et alors !


En ce dimanche ensoleillé, où beaucoup parmi vous iront à la pêche au lieu de voter. Je vous mets dans votre panier de pique-nique un disque de Miles Davis, intitulé: "So What". Une pure merveille ! 





10/06/2017

Pour un conservatisme à la française ( Iere partie)

Dans la revue "La Nef" du mois de juin, que j'ai reçu pour m'y abonner, il y a un excellent dossier sur le renouveau du conservatisme en France.

Après un long purgatoire, celui-ci, semble émerger peu à peu des oubliettes de l'Histoire où on l'avait projeté, depuis notamment mai 68. Il a fallu la loi Taubira, pour qu'une génération de jeunes pour la plupart, se lève et ose dire non aux diktats de cette pensée libertaire.

Qu'est-ce que le conservatisme ? Selon Michael OaKeshott (1901-1990): "Etre conservateur, c'est...préférer le familier à l'inconnu, ce qui a été essayé à ce qui ne l'a pas été, le fait au mystère, le réel au possible, le limité au démesuré, le proche au lointain, le suffisant au surabondant, le convenable au parfait, le rire de l'instant présent à la béatitude utopique [...] Il jugera donc les changements minimes et lents plus tolérables que les changements importants et soudains et il valorisera fortement tout apparence de continuité..."

Le dossier fait remarquer à juste titre, qu'il n'y a pas un grand courant conservateur en France, comme il en existe dans les pays anglo-saxons comme Le Royaume-Uni ou bien encore aux Etats-Unis. Il faut dire, que ce courant est né dans cette sphère géographique.

09/06/2017

Prière





Des Mains
       sans âge
               comme une prière

08/06/2017

Elections législatives 2017: Vers une recomposition politique ?


Dimanche prochain, aura lieu le premier tour des élections législatives, qui renouvelleront l'assemblée nationale.
Les médias nous annoncent un raz-de-marée de LREM. Cela sera sans doute vrai. Notre président aura ainsi les coudées franches pour mener à bien sa politique.

La République en Marche, obtiendrait la majorité absolue. La droite et le centre, entre 95 et 115 sièges, le PS, entre 25 et 35, la France Insoumise, 10 et 20 sièges et le Front National, entre 5 et 15 sièges. Ce sont des estimations basses, mais il semblerait que cela soit proche de ce qui va arriver.

07/06/2017

Ici le 15, j'écoute !


Aux urgences, veille de la Pentecôte. Quelques cris, quelques gémissements, rompent le silence. Allongé sur un lit, dans un couloir sans âme...J'attends !
Le soulagement, enfin quand un interne arrive et m’ausculte.

"Faites ah" me dit-il. Ce que je fais sans rechigner. Après tout c'est lui le doc.
"Vous avez une langue bien chargée". Je vais dire à une infirmière de venir vous faire des prises de sang. Patientez encore un peu". Comme si je pouvais faire autrement.

Après un temps qui me semble interminable, une femme en blouse blanche arrive, armée d'une seringue. Je ne sens rien, c'est une pro de la gâchette de l'aiguille.
J'attends encore. Il est 21h. Ça fait plus de quatre heures que je suis dans ce service depuis mon arrivée en fin d'après-midi.

01/06/2017

Et La chaleur

Pas un bruit
sous le soleil
et la chaleur