28 juin 2017

Dieu, reviens ! Nous sommes devenus fous !

Après le mariage pour tous, dans quelques mois, nous aurons droit (enfin les couples de femmes et celles qui sont célibataires) à la PMA, entendez, la procréation médicalement assistée.

Cette technique, consiste à injecter de petits spermatozoïdes d'un mâle normalement constitué dans l'utérus d'un membre de le gente féminine (eh oui, ça ne fait pas très romantique, tout ça). Jusqu'à alors réservée aux couple hétérosexuels stériles, elle sera bientôt disponible aux couples de lesbiennes ou aux célibataires en mal d'enfant. 

Comprenez-moi bien. Je n'ai rien contre l'homosexualité, (ayant moi-même des amis gays), mais je trouve que dans ces revendications, quelle est la place de l'enfant dans tout cela ? On nous serine depuis mai 68, de droit à, mais que sont devenus les devoirs, qui vont avec ? Le droit à l'enfant, l'emporte sur le droit de l'enfant.

Et après, au nom de l'égalité, les homosexuels hommes, réclameront la GPA, entendez la gestation pour autrui. La location d'un ventre ou la vente d'un enfant, seront tout à fait légaux. On pourra choisir son futur bébé, sur catalogue, comme n'importe quel objet de consommation. Toujours au nom du droit à.  Pour terminer, l'homme ne supportant plus sa finitude, voudra devenir immortel et pour ce faire, remplacera ses membres défectueux, par des pièces métalliques, faisant de lui un cyborg.  Ça a déjà un nom, ça s'appelle le transhumanisme.

Alors, les paroles de la Genèse, me reviennent à l'esprit, quand le serpent tente nos premiers parents dans le jardin d'Eden. Il leur dit ces mots: "Non, vous ne mourrez pas, mais vous serez comme des dieux" (Gn 3, 5). Nous y voilà ! Un monde sans transcendance et sans limite, laisse place très vite à la barbarie et à l'inhumanité.

6 commentaires:

  1. Heureusement nous avons encore libre de garder les pieds sur terre et la tête sur les épaules...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes encore libre

      Supprimer
    2. Bien sûr nous sommes libres de conserver les pieds sur terre et la tête sur les épaules, mais je trouve que jouer à l'apprenti sorcier sur des questions comme celles-ci, me semble dangereux pour l'avenir de l'homme.

      Supprimer
  2. C'est vrai, nous devons rester vigilants.

    RépondreSupprimer
  3. Je comprends tes inquiétudes.On a l'impression que "l'enfant" est en train d'être considéré comme un objet et non plus comme un sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait et pas seulement l'enfant c'est l'humain en général qui est en péril, si on ne fait rien. Nous ne sommes plus dans une société de libertés mais libertaire, qui au final, détruit les libertés.

      Supprimer

Des mots doux, d'autres un peu moins pourquoi pas . L'essentiel est de demeurer dans la bienséance qui sied aux gens bien élevés. Merci !