22/06/2017

La jeune femme aux cheveux d'ébène

Il lisait à la terrasse d'un café, quand tout à coup son regard, se porta sur une inconnue au corps gracile et aux cheveux d'ébène. Elle passa près de lui et le regarda d'un œil furtif. Sa silhouette disparue, seul un parfum, trahit sa présence à l'instant.

Son esprit ne pouvait pas se détacher de cette jeune femme. Il en était comme obnubilé. Il n'arrêtait pas de penser à elle. Pourtant, comment la retrouver ? Il ne connaissait rien d'elle, ni son nom, ni son adresse, ni ce qu'elle faisait dans la vie. Il n'avait aucun moyen de la contacter.

Que faisait-elle ? Femme d'affaire ? Femme au foyer ? Etudiante ? Non elle paraissait plus âgée pour étudier... encore que. Elle devait avoir la trentaine. Était-elle célibataire ? Mariée ? Les questions affluaient mais ne trouvaient, réponse.

Il demanda un autre café, comme pour se distraire de l'omniprésence que prenait cette jeune femme en lui. Les passants, passaient, mais il n'y prêtait aucune attention. Il ne lui restait que le parfum de l'inconnue aux cheveux d'ébène. C'est par cette expression qu'il désignerait désormais celle-ci.

Son café avait le goût amer, d'une interrogation, non résolue.

L'air était lourd. L'été battait son plein. On peut même dire, qu'on frôlait la canicule et pourtant il ne sentait pas l'aiguillon du soleil. Non, il ne cessait de spéculer sur ce qu'était cette femme qu'il avait juste, entrevue au détour d'une rue.

Finalement, après avoir payé ses consommations, il se leva en se demandant si ce qu'il avait vu, n'était pas tout simplement un mirage. Ah non ! il restait le parfum. Ce parfum qui taquinait encore ses narines et qui témoignait bien de la réalité de cette furtive rencontre.

6 commentaires:

  1. Ah...les passantes, le parfum ...Antoine Pol, Georges Brassens, Patrick Süskind...sortez de ce corps !
    J'aime beaucoup les brèves rencontres. Mon côté Sagan sans doute...
    Merci pour ce rêve éveillé
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  2. J'aime également les brèves rencontres. Les moments furtifs de l'existence qui donnent plus d'intensité à nos vies.

    RépondreSupprimer
  3. Fleur de parfum
    aux cheveux d'ébène -
    café amer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce joli haïku.
      En voici un autre:

      Rencontre furtive
      à la terrasse d'un café
      seul un parfum demeure

      Supprimer
  4. Et il reste la douce fragrance du parfum. Parfois, les plus beaux souvenirs sont liés à des odeurs et non à des images. Belle soirée un peu plus fraîche, on l'espère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai que les odeurs, marquent peut-être un peu plus nos souvenirs que des images. Chez moi, en Normandie, les températures sont plus fraîches, aujourd'hui. Seulement 28° contre 37, hier.
      Bonne fin de journée à vous !

      Supprimer

Des mots doux, d'autres amers. Pourquoi pas. L'essentiel est de demeurer dans la bienséance qui sied aux gens bien élevés. Merci !