23 juin 2017

Macron a des dents trop blanches pour être vraies

- Eh Dédé ! T'as vu le nouveau gouvernement à la télé ?
- Non, pourquoi ?
- Eh ben, y a beaucoup de nanas.
- Et alors, ça te gène ?
- Non. Bien au contraire. Pourvu qu'elles aient quelque chose dans le citron.
- T'en doutes ?
- Pas forcement, mais il faudrait arrêter de mettre des gonzesses, des basanés, des homos, un peu partout pour faire bien. Ils appellent ça la discrimination positive. Je sais pas trop c'que ça veut dire, mais je crois qu'ils nous enfument avec leur mots à la noix. J'm'en fous des homos et des basanés. C'que j'leur demande, c'est qu'ils s'y connaissent dans leur boulot.
- Tu pourras pas r'faire le monde, tu sais.
- Je sais.
- Tiens, v'la la p'tite brune qui vient nous apporter le goûter. Elle est mignonne, avec ses cheveux longs. Tu trouves pas, Dédé ?
- Oui, j'la trouve bien mignonne aussi. Ça nous change des mémés qui sont là.
- Sauf que nous aussi, on est des pépés.
- C'est vrai, mais rien n'empêche de regarder c'qu'est beau.
- Messieurs. Que désirez-vous ? Un p'tit café, un jus de fruit ?
- Eh ben, pour moi ça s'ra un jus de fruit et une madeleine.
- Et vous, monsieur Poupin ?
- Un jus de fruit aussi, mais sans rien.
-  Vous n'avez pas faim ?
- Si, si, mais de voir que le gouvernement à mis plein de nanas et bien citronnées , pour nous faire avaler la pilule sur nos retraites. Ça m'fout le moral, à zéro.
- Vous croyez qu'il serait assez pervers pour permettre ça ?
- Oh, avec lui et sa mine de jeune premier, on peut s'attendre à tout. En plus, vous avez pas vu ses dents ?
- Qu'est-ce qu'elles ont ses dents, monsieur Poupin ?
- Eh ben, elles sont trop blanches pour être vraies. et si il ment sur ses dents, il peut mentir sur autre chose.
- Vous ne trouvez pas que vous y allez un peu fort ?
- Non!
- Bon, j'vous laisse, messieurs. J'ai d'autres personnes à m'occuper. A bientôt.
- Au-revoir Miss. Revenez quand vous voulez. Ça nous fait toujours plaisir de vous voir. Vous êtes notre rayon de soleil. Pas vrai, Dédé ?
- Ouais ! Pas faux.
- Au fait, de quoi on causait avant qu'elle arrive ?
- Du gouvernement, des nanas, des homos et tout le tintouin.
- Ah oui! Pour une fois, qu'on a pas dit de mal de nos voisins de table et puis le temps est passé plus vite. Encore une journée de moins qu'on passera dans cette foutue maison. Ça vaut pas chez soi.
- Bon j'te laisse, je m'en vais regarder  "Question pour un champion". A plus, mon Frédo !
- A plus, mon Dédé !

8 commentaires:

  1. Mais???? Dédé, c'est moi. :-)))) Et je ne suis pas un pépé. :-))))) Allez, je vais me brosser les dents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je viens de m'en apercevoir. J'espère que vous ne m'en voudrez pas ? J'aurais pu intituler mon histoire: "Brèves de maison de retraite", comme il existe des brèves de comptoir, bien connues.

      Supprimer
    2. J'ai beaucoup ri. Et donc je ne vous en veux absolument pas. Au contraire! J'ose une bise?

      Supprimer
    3. Eh bien si je vous ai fait rire, j'e suis fort aise. Il paraît que c'est le meilleur des remèdes. Et merci pour la bise. Je vous en fait une, en retour.

      Supprimer
    4. Tout est bien qui finit bien alors. Allez. Bon samedi!

      Supprimer
  2. @Dédé
    @ Jean-François
    Vous m'avez bien amusée tous deux. J' ai ri de bon cœur... et vive le choc des nanas au gouvernement. Ah ce que c'est bien d'avoir un jeune président!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme pour dédé, je suis très content de vous avoir fait rire.

      Supprimer

Des mots doux, d'autres un peu moins pourquoi pas . L'essentiel est de demeurer dans la bienséance qui sied aux gens bien élevés. Merci !