16 juin 2017

Nuit Blanche


(Femme nue endormie- Charles Kvapil
1911-1957)
Il est 5h du matin. Impossible de dormir... La nuit n'est pas si noire qu'elle pourrait l'être.
La lune éclaire le ciel.
Je te regarde dormir, nue à mes côtés. Ta respiration est haletante, mais pas bruyante.
Je t'envie, mais en même temps, je me considère comme chanceux de pouvoir poser mon regard sur toi.
Tu es si belle dans ton sommeil, que si j'étais peintre, je t'immortaliserais sur un tableau.
Pour l'heure, je suis là, en silence, de peur de te réveiller et casser ainsi ce moment de pur bonheur.
J'en ai oublié le sommeil et c'est tant mieux. La vue de ton corps endormi, me ravit. Je n'ai besoin de rien d'autre.
Cet instant, je voudrais qu'il dure une éternité. Mais je dois me rendre à l'évidence. Tout à l'heure, tu te réveilleras et le cours des choses, reprendra ses droits. C'est ainsi. Encore un moment à te contempler. Je suis si heureux. Je me fiche de ce qui arrivera plus tard. Je vis l'instant présent et c'est si bon.

4 commentaires:

  1. J'aime beaucoup cette sensualité mêlée de respect et d'admiration. C'est très difficile de décrire des sentiments aussi complexes et je trouve que tu le fais très bien.
    Merci.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ? vous ? je me suis laissé aller à vous(te) tutoyer... ;-)

      Supprimer
    2. Merci pour votre (ton) gentil commentaire. Je suis heureux de vous (t') avoir comblée.

      Supprimer
    3. faites (fais) comme vous (tu) le sentez (le sens). Je ne m'en offusquerai pas.

      Supprimer

Des mots doux, d'autres un peu moins pourquoi pas . L'essentiel est de demeurer dans la bienséance qui sied aux gens bien élevés. Merci !