10/07/2017

L'uber-président


Emmanuel Macron a été élu président de la république avec 66,1% des suffrages contre Marine Le Pen, qui n'a recueilli que 33,9% .

Seulement le vote a été biaisé par le taux d’abstention et de votes nuls et blancs qui ont été historiques. 25,38% d’abstention et 11,49% de votes blancs et nuls. Il faut remonter à 1969, pour voir de tels résultats.

Pourtant, il a été élu et a obtenu la majorité absolue à l'Assemblée Nationale, avec souvent de parfaits inconnus.

Après deux quinquennats désastreux, sur le plan de l'image et donc du fond, les français, avaient besoin, de verticalité, d'une présidence extraordinaire, contrairement à la présidence normale de François Hollande et la vulgarité de Nicolas Sarkozy.

Néanmoins, lorsque je vois de plus près ceux qui ont été élus sous l'étiquette de la République en Marche, je ne trouve guère d'artisans, de commerçants, de paysans, de responsables de TPE, PME et même de chômeurs. Je crois qu'il n'y a qu'un éleveur, parmi des directeurs en communication, des responsables de start-up, d'énarques, de hauts fonctionnaires, de DRH, etc...

C'est la France qui va bien, celle qui profite de la mondialisation, de l'abolition des frontières qui est représentée en force à l'Assemblée.

Les petites gens, ceux qui font vivre le pays, sont presque totalement absents du paysage politique français. Avant l'élection d'Emmanuel Macron, on critiquait ce manque de représentation, mais actuellement, ce n'est pas mieux. ce serait même pire.

Le fossé se creuse entre le pays réel et le pays légal, pour reprendre une formule de Maurras.

Si la présidence de Macron, veut réussir, elle doit se pencher sur cette France, qui ne l'a pas élu, qui ne s'est pas déplacée, qui ne s'est pas reconnue en lui et en son projet. Cette France est majoritaire, quoiqu'en disent nos commentateurs politiques, qui se gargarisent de l'image jupitérienne de notre président. Elle ne se reconnait pas plus, dans la posture bolivarienne d'un Jean-luc Mélenchon, qui représente lui aussi, une certaine élite. C'est un politicien professionnel.

Cette France, veut plus de sécurité, elle a besoin de savoir d'où elle vient pour savoir où elle va. Elle se méfie de l'immigration sans limite et tient aux valeurs familiales traditionnelles. Ce qui l'éloigne et du pouvoir en place et d'une certaine gauche alter-mondialiste et libertaire sur le plan sociétal.

Depuis, plus de quarante ans, la "droite" et la "gauche" de gouvernement, l'ont ignorée. Elle a cru, un temps, se retrouver dans les idées du Front National. Seulement, ce dernier, s'est détourné de son credo habituel (identité, immigration, valeurs familiales, défense des PME, TPE), pour s'orienter, sous l'impulsion de Floriant Philipot, vers le programme commun de la gauche des années 80, avec son idée grotesque de la sortie de l'euro, qui a effrayé les retraités, les épargnants etc...

Pour le moment, elle est orpheline sans parti et sans chef. Pourtant, si Emmanuel Macron, veut réussir son quinquennat, il doit s'adresser à cette frange de la population, majoritaire et silencieuse, depuis tant d'années et ne pas se cantonner à la république ubérisée qui l'a élue.

4 commentaires:

  1. C'est ainsi qu'est cette république démocratique, alliant les deux perversités des deux oligarchies antiques (Rome et Athènes)...
    Au XXIe siècle, on a conservé les "dés pipés" de ces systèmes politiques afin de maintenir l'oligarchie sous couvert de liberté...
    La démocratie est un mensonge d'Etat ; la preuve est sous nos yeux.
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord avec vous, la démocratie actuelle est une farce aux mains de nos oligarques, qui font croire au peuple qu'il est encore libre.

      Supprimer
  2. Vive l'anarchie et mort aux cons.
    Ben quoi, les vieux slogans soixante-huitards n'ont pas pris une ride...Et comme de toutes façons ça ne change rien...
    Bises célestes
    ¸¸.•*¨*• ☆


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous répondrai qu'en tant que royaliste, je suis pour l’anarchie + 1.

      Supprimer

Des mots doux, d'autres amers. Pourquoi pas. L'essentiel est de demeurer dans la bienséance qui sied aux gens bien élevés. Merci !