15/09/2017

Aphorisme du jour

Le fou à bâti sa maison sur le sable




le sage à bâti sa maison sur le roc


(Cf Mt 7, 24,25)

8 commentaires:

  1. Et même si le sage a bâti sur le roc... la maison peut subir de gros dégâts. N'est-ce pas Irma? Belle journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr mais comme c'est une parabole, il faut prendre (et je sais que vous l'avez compris), cela au second degré.

      Dans le cadre de la première, celle avec le sable, c'est l'homme qui met sa confiance sur des valeurs qui ne sont pas stables (consumérisme, hédonisme...)
      Dans le cadre de la seconde, celle sur le roc, c'est l'homme qui met sa confiance dans des valeurs sûres (famille, terroirs...)

      Supprimer
  2. Oui, mais parfois on construit sur du solide et les aléas de la vie mettent tout par terre. Alors on doit reprendre la truelle et recommencer. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai mais ce que l'on nomme du nom de votre blogue: l'impermanence. Il faut une sacrée dose de confiance et d'adandon pour reconstruire

      Supprimer
    2. ...Ou d'humanité, tout simplement ?
      Serions-nous moins résilients que des araignées, qui reconstruisent leur toile sans relâche...
      En tout cas, belle parabole sur les choix de vie.
      Bâtir sur du vent peut être aussi un choix respectable: ne pas s'attacher aux choses matérielles, et vivre comme un oiseau sur la branche en profitant simplement de l'instant, et en ne perdant pas de vue que nous sommes arrivés tout nus et que nous repartirons tout nus...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Ce que tu dis là, est fort juste. Vivre l'instant présent tout simplement est source de paix intérieure, même si pour y arriver, il nous faut combattre bien des résistances en nous.
      Ta dernière phrase me fait penser au livre de Job (1,21).
      A bientôt !

      Supprimer
  3. Quand fou et sage s'immergent dans les subtiles nuances de l'architecture !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout d'abord je vous souhaite la bienvenue en ces lieux. Merci pour votre commentaire.

      Supprimer

Des mots doux, d'autres amers. Pourquoi pas. L'essentiel est de demeurer dans la bienséance qui sied aux gens bien élevés. Merci !