09/10/2017

Défi n° 192: "En une heure"


Ce matin, pas de bol, j'ai encore raté le bus; Je vais être en retard au boulot.
J'attends là sous l'abri-bus, le prochain qui n’arrivera que dans dix minutes. Ça fait une heure que je suis dans les trajets, entre ma voiture, le TER et maintenant le bus et c'est comme ça tous les jours. Je suis parti de chez moi, il était sept heures et nous voilà maintenant dans les huit heures Les provinciaux, ne connaissent pas leur bonheur. Je ne suis pas seul. Une grand-mère est là assise, de jeunes cadres dynamiques avec attaché-case sont là aussi, prêts à sauter dans le transport en commun, comme des chevaux dans leur starting-block, le seraient pour courir le Grand Prix  de Deauville.

Il fait froid et on ne voit pas à plus de dix mètres, tant le brouillard est épais. Ça y est ! Enfin le bus 63, qui m'amène jusqu'au travail, arrive, bondé comme toujours à cette heure. Je suis prêt pour affronter une nouvelle journée.

[Participation au défi n° 192: "En une heure", c'est par ICI]

9 commentaires:

  1. ça ne rentre pas dans la pénibilité au travail...hélas !
    banlieusards et provinciaux sont tributaires d'une voiture ...dans les embouteillages aussi malheureusement et vilipendés comme n'utilisant pas des transports en communs inéxistants

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, nos politiques vivent dans un monde parallèle. on pénalise toujours les mêmes.
      Enfin ça ne résout pas le problème des embouteillages et des trajets qui n'en finissent plus.

      Supprimer
  2. J'ai connu cela c'est d'autant moins drôle que dans les transports en commun si les gens ne dorment pas debout, ils font des têtes d'enterrement !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai également connu la situation. C'est un mal occidental, car j'ai eu l'occasion de visiter l'Inde et il y a les mêmes embouteillages mais les gens le vivent beaucoup mieux que nous. c'est dans leur nature.

      Supprimer
  3. le problème des escaliers dans les hôtels modernes on peut descendre mais les portes des paliers ne s'ouvrent pas à la montée...par sécurité !

    RépondreSupprimer
  4. même l’ascenseur à besoin de la carte de chambre pour nous déposer au bon étage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur ce plan là, effectivement, c'est problématique. ( En réponse à votre défi).

      Supprimer
  5. Ah ! J'ai voyagé plusieurs années dans les transports en commun, deux bus à prendre, 3 bouts à pied ... quel souvenir !!! Une heure à l'aller et autant pour revenir ! J'apprécie ce que je fais dans le moment !!! Bravo, Jean-François pour ta belle participaton ! Bonne fin de ce jour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'a vécu également. Maintenant c'est plus calme.
      Bonne journée à toi !

      Supprimer

Des mots doux, d'autres amers. Pourquoi pas. L'essentiel est de demeurer dans la bienséance qui sied aux gens bien élevés. Merci !