20/11/2017

Le clin d’œil d'Edmond


Il y a quelques jours, je me promenais avec un ami et comme lui, je suis passionné par les brocantes et les vieilles choses qui ont une âme.

Après avoir fouiné un certain temps, je suis tombé sur un tableau, nommé " Edmond" quelle drôle d'idée . On a essayé mon ami et moi d'en savoir un peu plus sur cette croûte, mais le vendeur n'en connaissait pas plus que nous. 


J'ai quand même décidé de l'acquérir pour une modique somme. Le ciel commençait à se couvrir et je ne voulais pas arpenter les étals avec ma paire de chaussures, usée et qui risquait de prendre l'eau.

Mon ami, me fait remarquer qu'il a vu un coq en bronze et je sais qu'il en fait collection. Il aimerait en négocier le prix en pingre qu'il est, auprès du brocanteur qui le vend. Le voici qui arrive, tout heureux, avec son gallinacé sous le bras.
- Tu vois, j'ai réussi à négocier le prix. j'te l'avais bien dit.
- Bon allez ! Si on y allait. On a fait le tour, je crois ?

Nous nous dirigeons tout deux vers ma voiture et mon ami me crie:
- Attention ! T'as failli marcher sur un crapaud et l'écraser.
- Mais qu'est-ce qui foutait là, ce crapaud ? Il pouvait pas aller voir ailleurs.

Arrivés à la voiture, je n'arrive pas à retrouver mes clés. J'ai beau faire mes poches. Toutes mes poches: pantalon et veste. Rien à faire, je ne les trouve pas. Je commence à paniquer.
- Arrête de stresser. on va les retrouver tes clés, elles sont pas partis bien loin. on va retourner sur nos pas et puis on verra, quitte à questionner les brocanteurs qu'on a vu.

On refait donc le chemin inverse et on longe de nouveau les étals des camelots, les uns après les autres. On arrive à celui où j'ai acheté le tableau.
- Pardonnez-moi, monsieur mais avez-vous vu des clés ?
- Ah, c'est vous! J'ai ramassé tout à l'heure des clés mais je ne savais pas à qui elles appartenaient. Je me suis dit, que la personne concernée, viendrait bien les chercher et vous voilà. Comme quoi !
- Tu vois, j'te l'avais bien dit. Repris mon ami. 
- Je vous remercie infiniment, monsieur pour mes clés. C'est un vrai miracle. Comment puis-je vous remercier ?
- Ben je n'ose vous le demander, mais pourriez-vous me débarrasser de cette chose. Je ne sais comment la nommer. C'est une couronne de lauriers, telle que les portaient les athlètes ou certains soldats romains pour récompenser leur bravoure ?
- Euh!... Faut voir...C'est particulier... 
Je ne savais plus quoi dire. D'un côté, je venais de retrouver mes clés, presque par miracle et de l'autre, j'avais parler un peu vite en lui disant que j’accepterai de faire n'importe quoi pour lui.
Comme j'avais promis et ne sachant quoi dire, je me suis retrouvé avec cette couronne très kitsch.

Mon ami et moi sommes donc repartis avec un tableau sous le bras, un coq en bronze et une couronne de lauriers dans un métal douteux. Je ne crois pas avoir gagné cette journée.

L'important, n'était-il pas d'être avec mon camarade et passer de bons moment avec lui. C'était là, l'essentiel.

[ Participation au défi, proposé par notre amie Josette T, c'est ICI]

9 commentaires:

  1. Très originale cette histoire d'un après midi à la brocante en bonne compagnie ...
    des découvertes dont la couronne de laurier, on parlait de celle de napoléon il y a peu était-ce celle là ,
    Merci pour cette belle participation et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, vous avez tout à fait raison. Je ne sais où je suis allé chercher tout ça. Comme on dit: Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué ?
      Bonne journée à vous également !

      Supprimer
  2. Les vieilles choses ont une âme...mais les jeunes aussi. Elle est simplement en gestation... ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  3. Les brocantes sont parfois des pièges,on y arrive juste pour flâner avec un ami et l'on repart avec de quoi exposer soi-même à la prochaine brocante :-))

    RépondreSupprimer
  4. Oh ! Comme j'♥ cette participation tout à fait différente des nôtres, Jean-François ! Bravo !!! Bonne fin de ce mardi ! Bises♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi. J'aime déranger un peu et prendre des chemins de traverses.
      Bonne journée à toi !

      Supprimer

Des mots doux, d'autres amers. Pourquoi pas. L'essentiel est de demeurer dans la bienséance qui sied aux gens bien élevés. Merci !